Otrante
Otrante
Catalogue
Catalogue téléchargeable

Nos ouvrages sont disponibles :
• Sur ce site (paiement sécurisé en ligne ou par chèque via le bon de commande)
• Paris : Librairie Busser, 37 rue Monge, 75005
• Nantes : Librairie Lis Tes ratures, 4 rue Prémion
• En commande chez votre libraire habituel

Frais de port inclus - France et International

paiements
Conditions générales de vente

N'hésitez pas à vous inscrire à notre newsletter si vous souhaitez être informé de nos publications, ou à nous contacter pour de plus amples renseignements.

Nouveautés

Collection Le Colporteur

Nouvelle collection d'ouvrages de plus petit format, dans l'esprit des brochures et fascicules de colportage

Abécédaire Diableries

Deux volumes Le Colporteur

A l'occasion de la parution des deux premiers volumes de la collection Le Colporteur, nous proposons Petit abécédaire du noir + Diableries au prix de 21 € les deux (au lieu de 24 €)

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :
Haut de page

Abécédaire

Petit abécédaire du noir

Edition établie et présentée par Florian Balduc.

1 volume in-12 (120x180) / 40 pp. / novembre 2017 / isbn 979-10-97279-00-4 / 11 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Le bureau du noir, nom donné à l’ancêtre des pompes funèbres, est à la fin du dix-septième siècle « fournisseur de deuil aux familles » mais également en charge des billets ou placards d’enterrement.
C’est à la même époque que, d’abord fort simple pour très vite reprendre de « vrais tableaux de la résurrection », l’illustration fait son apparition sur les placards et connaît son heure de gloire, de la simple initiale ornée d’un crâne et de deux tibias, jusqu’aux encadrements à la cathédrale de l’époque romantique, avant de disparaître et céder la place à la simple bordure noire, dite de deuil.

Détails d’une collection anonyme de vingt-et-une initiales ornées du milieu du dix-huitième siècle au début du dix-neuvième, accompagnés d’une danse macabre géorgienne.

Abécédaire
Haut de page

Diableries

Diableries

Contes, légendes et anecdotes

Edition établie et présentée par Florian Balduc.

1 volume in-12 (120x180) / 90 pp. / novembre 2017 / isbn 979-10-97279-01-1 / 13 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

De quelques facéties et fantaisies, glanées çà et là, de sorcières, sabbats, pactes, diables, lutins et châteaux hantés.

Des démons ailés, des démons cornus, des démons ardents, des sorciers à cheval sur des boucs, des sorcières à califourchon sur des manches à balai, descendaient par le trou du plafond et dansaient de toutes leurs forces, du moment qu’ils mettaient pied à terre.

Haut de page

Hors collection

Saint-Leon

William Godwin

Saint-léon, histoire du seizième siècle

Edition établie et présentée par Florian Balduc.

1 volume in-8 (160x240) / 424 pp., 7 ff.n.ch. / septembre 2017 / isbn 978-2-9551544-9-6 / tirage à 200 exemplaires numérotés / 34 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Seizième siècle, dans une Europe déchirée par les guerres, entre réforme protestante et terreur de l’Inquisition, Saint-Léon, aristocrate déchu et ruiné au jeu obtient d’un mystérieux étranger les secrets de la pierre philosophale et de l’élixir de vie. Maudit, il est contraint à la fuite et à l’errance, de la France à l’Espagne en passant par l’Italie, l’Allemagne ou la Suisse, échappant aux prisons de l’Inquisition ou à la vindicte du peuple et croisant finalement en Hongrie la route d’un sanguinaire prince de Transylvanie.

En 1799 William Godwin, père de Mary Shelley qui écrira quelques années plus tard Frankenstein, livre un roman philosophique ou initiatique. Quelque part entre le Juif Errant, le mythe Rose-Croix, Cagliostro, Faust et le Paradis Perdu, Saint-Léon pose les bases du personnage de « l’errant gothique ». Source du Melmoth de Maturin, ce premier roman « gothique rosicrucien » servira de modèle à ses successeurs, de Shelley à Bulwer-Lytton en passant par Balzac et bien d’autres.

«  Saint-Léon et Frankenstein ont ouvert de nouvelles perspectives. » (Walter Scott)

« J’ai parcouru tous les climats, et partout je n’y ai trouvé que du déplaisir. J’ai fréquenté les cours  j’ai accompagné la marche des armées  j’ai langui dans l’infection des cachots. Haï par le genre humain, poursuivi, chassé de partout, en butte aux calomnies les plus atroces, sans patrie, sans foyers, sans amis, est-il encore quelque infortune en réserve pour moi ?

Qu’aucun mortel après moi, ne soupire après la possession de la pierre philosophale ! »

Le roman gothique de William Godwin - Seizième siècle, descendant des soldats des croisades, perte au jeu, paysages alpins, orage et dévastation, mystérieux tentateur qui propose un pacte ou secret d’immortalité, Rose-Croix, fuite, persécution, emprisonnements, juges de l’Inquisition, France, Espagne, Suisse, Italie et Hongrie, alchimie et pierre philosophale, châteaux, cachots, incendie et souterrains, famine, guerre et dévastation de la Hongrie, prince de Transylvanie dont le château a été pillé et rasé et dont la femme et les enfants ont été massacrés

« Godwin was the first to embody in a romance the ideas of the Rosicrucians. »

« Un autre courant, issu peut-être du même esprit d’inquiétude, se manifeste dans le Saint-Léon de Godwin, qui raviva les traditions « rose-croix » et qui emprunte en même temps à l’école radclifienne son décor de souterrains et de nuits orageuses. »

« St. Leon, like the Wandering Jew, stands isolated in existence. He lives, indeed, but every thing dear to him is dying around him  his affections are checked by the consciousness that he must lose every thing that he loves  and he finds the elixir vitæ only imprisons him for ever in a charnel-house. »

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet Saint-Léon, ou le roman Gothique Rosicrucien

Haut de page

Collection Le Voyageur Enthousiaste

Memento

Memento mori

Edition établie par Florian Balduc. Avant-propos de Claude Lecouteux.

1 volume in-8 (160x240) / 202 pp., 8 pp. d'illustrations, 6 ff.n.ch. / novembre 2016 / isbn 978-2-9551544-8-9 / tirage à 200 exemplaires numérotés / 27 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

La célébrité de la Danse macabre a suscité de nombreuses oeuvres et de grands poètes et écrivains ont repris le thème dans leurs ouvrages, Théophile Gautier, Flaubert, Baudelaire, Goethe, Heinrich Heine et Schiller par exemple, ainsi que des anonymes. Apparaissent alors de nouveaux personnages, le Juif errant, Satan, Faust, Don Juan… S’ennuyant dans leurs sépulcres et quittant leurs « noirs tombeaux », leurs « caveaux humides », les défunts dansent une carole au son des rebecs, des psaltérions, des lyres ou de luths faits d’ossements, entraînant les vivants dans une ronde folle qui n’est pas sans rappeler celle des danseurs de Kolbigkl, damnés pour avoir dansé dans une église selon une légende médiévale.

Cette anthologie fait revivre et transmet un patrimoine séculaire largement tombé dans l’oubli, l’époque contemporaine ayant bien d’autres soucis. Pourtant, n’est-il pas réconfortant de constater qu’il y a longtemps les défunts se préoccupaient du sort des vivants, venaient les conseiller et même les défendre ? Il est, certes, des morts dangereux, mais ils ne sont heureusement pas légions. Que par leurs messages enténébrés ces textes charment le lecteur et piquent sa curiosité !

Extrait de l’avant-propos, Claude Lecouteux.

Claude Lecouteux est professeur émérite de littérature et civilisation du Moyen Age de l’Université de Paris iv-Sorbonne et auteur de nombreux ouvrages sur les êtres et créatures de la mythologie populaire, les mythes, contes, légendes et croyances touchant aux morts et à la mort.

Anthologie de trente ballades, poèmes et nouvelles autour des Danses macabres dans la littérature du dix-neuvième siècle. De 1813 à 1899, textes de Goethe, Théophile Gautier, Jean Richepin, Charles Rabou, Jean Lorrain, E.-L. de Lamothe-Langon, Gérard de Nerval, Charles Baudelaire et quelques autres, dont trois textes inédits provenant d'un manuscrit anonyme du dix-neuvième siècle.

La Danse des morts que Flaubert écrit quand il n'a que seize ans est ici présentée annotée des variations et corrections du manuscrit original.

Ouvrage enrichi de huit illustrations hors texte à pleine page en annexe.

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet Danses des morts

Haut de page

Fantaisies

Fantaisies Hoffmaniennes

Transformations, Visions, Elixirs, Ombres, Pactes, Violons, Métempsychoses et autres choses.

2 volumes in-8 (160x240) / 242 pp., 5 ff.n.ch ; 244 pp., 7 ff.n.ch. / mars 2016 / isbn 978-2-9551544-5-8 / tirage à 300 exemplaires numérotés / 40 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Recueil de trente-cinq nouvelles fantastiques dans le goût d’Hoffmann, connues, oubliées ou inédites : de pactes en ombres ou reflets perdus, visions, folie, métempsychose, magnétisme, âmes volées, objets animés, sonates, violons enchantés, musiques du diable et autres figures de la littérature fantastique de l’époque romantique.

De 1813 à 1875, deux volumes de textes de E.T.A. Hoffmann, Adelbert von Chamisso, Alphonse Brot, Samuel-Henry Berthoud, Guy de Maupassant, Honoré de Balzac, Gavarni, Hans Christian Andersen, Jules Verne, Jules Janin, Aloysius Block, Emile Morice, Abel Hugo, Edouard de Puycousin, Léon de Wailly, Robert MacNish, Charles Rabou, S. Duffau, Théophile Gautier, ainsi que deux textes inédits provenant d’un manuscrit anonyme du milieu du XIXe siècle.

Tirage à 300 exemplaires numérotés.
Une carte reprenant l'illustration de couverture est jointe à chaque exemplaire.

Définition.
Fantaisies musicales : pièces musicales de forme libre.
Fantaisies littéraires : œuvres dans lesquelles l’auteur donne libre cours à son imagination.

« Vous êtes assis dans un grand fauteuil, les pieds sur les chenets  près de vous votre table de travail  sur un tabouret votre chien ou votre chat  vos chaises rangées à leur place ordinaire  vos rideaux fermés  dans l’alcôve, votre lit déjà prêt et la couverture faite  dans les chambres voisines, vous entendez aller et venir les gens de la maison, dans la rue, rouler les voitures  partout enfin vous êtes entourés de choses et de bruits qui vous rappellent la vie de famille, le monde, la civilisation. Où la fantaisie pourrait-elle trouver à se nicher ? Où va-t-elle se placer ? Où ? sous votre bonnet de coton même que vous venez d’enfoncer sur vos deux oreilles en vous mettant au lit. C’est là qu’elle s’établit pour troubler vos idées et fasciner vos regards. Voyez, voici déjà dans votre feu des images de toutes sortes de choses, des maisons, des châteaux, des clochers étincelants qui grandissent, grandissent à vue d’oeil, puis des pétillements singuliers  vous levez les yeux au plafond  quels bizarres reflets, ou plutôt quelles figures étranges y flottent entrelacées ! Comme tout tremble et s’agite dans votre chambre  et là-bas, dans ce coin, près de ce meuble qu’on ne dérange jamais, il y a, est-ce une erreur, une illusion ? non, il y a quelque chose qui brille : ce sont comme deux yeux ! ils vous regardent ! Chut. Vous entendez marcher ! c’est un bruit de pas !... » (Choix de Contes, Nouvelles et Fantaisies d’Hoffmann, article de Saint-Marc de Girardin in Journal des Débats, 17 juillet 1829.)

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet De Fantasmagoriana aux Fantaisies Hoffmaniennes
§ Billet Le Voyageur enthousiaste
§ Billet Fantastique vernien : d'Hoffmann à Méduse

Haut de page

Collection Méduséenne

Gemmalie

Gemmalie, et autres Corinthiennes

1 volume in-8 (160x240) / 119 pp., 5 ff.n.ch. / juin 2016 / isbn 978-2-9551544-6-5 / tirage à 300 exemplaires / 20 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Ce fut à cette lueur effrayante qu’enivré par la fureur du combat, je crus voir... je vis peut-être une femme d’une beauté ravissante... elle était sans armes et sans défense au milieu du danger qui l’environnait de toute part  mais loin de paraître inquiète, une joie frénétique brillait sur son visage  elle parcourait les rangs avec rapidité, volant partout où la mort était la plus certaine. Je la voyais bravant le mousquet et le cimeterre, saisir indifféremment le bras d’un musulman ou d’un chrétien, diriger le fer dont il était armé vers le sein de son ennemi, l’y plonger sans frémir, et teint de sang, l’en retirer pour immoler une nouvelle victime. Oubliant ma sûreté et ma vie, je ne songeais plus à combattre  je voulais joindre cette beauté fatale aux deux partis, pour m’assurer qu’une vision n’abusait pas mes sens, mais toujours des chariots, des canons renversés, des soldats entassés et expirants me séparaient d’elle  cependant mes efforts attirèrent ses regards, en me voyant un rire effrayant errait sur ses lèvres... « Guilford, me dit-elle, pense à Gemmalie... moi, je ne t’oublierai jamais. » (Extrait de Gemmalie)

Gemmalie, court texte anonyme paru en 1825, se présente comme une version féminine du Vampire de Polidori, imite Le Siège de Corinthe de Byron et met en scène une créature maléfique proche des récits de l’Antiquité et des contes des Mille et une Nuits.

Suivi de la postface de l'éditeur, définitions, et de sept textes de Philostrate, John Keats, Les Mille et une Nuits, Collin de Plancy, E.T.A. Hoffmann, Alphonse Le Mire, et un anonyme.

Guilford croise la mort sur le champ de bataille lors du combat contre les Ottomans. Elle le retrouvera et achèvera de le dévorer une fois de retour sur le sol anglais. Simple imitation du Vampire ou véritable hommage à Byron, mort en Grèce d’un épisode de fièvre alors qu’il était venu combattre les Turcs et dont la dépouille, refusée à Westminster, repose dans le caveau familial de l’église de Hucknall ?

Ce sont des espèces de sirènes selon les uns  d’autres les comparent aux gholes de l’Arabie. (Collin de Plancy)

(La couverture de l'ouvrage reprend l'illustration de Camille Rogier pour La Vampire, in Contes fantastiques d'E.T.A. Hoffmann, 1836.)

« [Ouvrage] extrêmement rare, signalé nulle part, fort attachant par ses scènes de vampirisme, d’apparitions spectrales et de sortilèges. » (Catalogue de livres anciens Bernard Loliée, 1952.)

« La Librairie Ladvocat, au Palais-Royal, vient de publier un joli volume in-12, qui paraît destiné à obtenir beaucoup de succès  la singularité du titre de cet ouvrage (il est intitulé Gemmalie) suffit pour susciter la curiosité des amateurs. On assure que cet ouvrage est le coup d’essai d’un homme de beaucoup d’esprit. » (Le Constitutionnel, 5 mai 1825.)

Haut de page

Vampire

Baron de Lamothe-Langon

La Vampire, ou la Vierge de Hongrie

Suivi de Le Pays par-delà la forêt (extrait), Emily Gerard. Traduction de Seamus Wentzel.
Edition présentée et annotée par Florian Balduc. Postface de Valery Rion.

1 volume in-8 (160x240) / 228 pp., 5 ff.n.ch. / janvier 2016 / isbn 978-2-9551544-4-1 / tirage à 300 exemplaires / 30 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

En 1825, soit onze ans avant Théophile Gautier, le baron de Lamothe-Langon met en scène la première morte amoureuse et la première véritable femme vampire de la littérature française.

Un cadre gothique proche des romans d’Ann Radcliffe, des soldats de retour des campagnes napoléoniennes, un pacte de sang trahi, un château en ruine, des présages, revenants et victimes dont on a aspiré la vie.

Un demi-siècle avant Le Fanu puis Stoker et que la littérature n’invente un vampire suceur de sang aux dents pointues, La vierge de Hongrie présente une immortelle dame au linceul, beauté ensorcelante revenue de la tombe, qui déchaîne les éléments, erre, flotte ou vole, et poursuit la mission qui lui a été confiée en semant la mort.

Première œuvre de fiction à mentionner les traditions des pays de l’Est et à décrire les méthodes de destruction d’un vampire, ce roman est sans conteste celui qui offre la description la plus fine et la plus fidèle de la figure du vampire et de la morte amoureuse.

Roman suivi de la traduction inédite des cinq chapitres relatifs aux superstitions transylvaniennes de l’ouvrage d’Emily Gerard, Le Pays par-delà la forêt. Somme extrêmement dense de légendes et croyances de l’Est dans lesquelles Bram Stoker a notamment puisé pour la rédaction de son Dracula.

Parfaitement fidèle au mythe de la Morte Fiancée, Lamothe-Langon livre un texte romantique qui devrait séduire les amateurs de littérature fantastique ou gothique, proche des récits de Gautier ou de Nodier et qui préfigure les Carmilla ou autre Dame au linceul de la fin du siècle.

« C’est ici la première fois qu’elle [la femme vampire] joue un rôle principal dans un roman français […] on y reconnaît l’intrigue fondamentale de tous les romans de vampirisme. De nouveau, c’est le détail qui intéresse le lecteur, et c’est là le véritable attrait de l’ouvrage […]. En un mot, les romans « gothiques » de Lamothe-Langon contiennent tous les éléments traditionnels des ouvrages d’Ann Radcliffe et des imitateurs français. Ce sont, il faut l’ajouter, les mêmes éléments qui se trouvent dans les premiers romans de Balzac. » (E.-L. de Lamothe-Langon, etc., Richard Switzer)

« Des scènes neuves, quelques situations fortement tracées, une physionomie moderne au milieu des superstitions du temps passé, impriment, à ce roman, un caractère particulier [...] elle plaira à ceux qui la liront  nous croyons pouvoir en répondre. » (La Pandore, journal des spectacles, lundi 13 octobre 1824)

« Lamothe-Langon fait preuve d’un incontestable talent de mise en scène de ses personnages (à ce titre, les rencontres entre Alinska et Édouard sont de vraies perles du genre, à l’ambiance gothique aussi pesante que réussie), et d’une utilisation fine des éléments surnaturels, qui finissent par s’imposer au lecteur sans démonstration de force [...]. Un texte vraiment réussi, qui méritait d’être remis en lumière, et ne démérite aucunement vis à vis des autres nouvelles fondatrices de la littérature de fiction sur le vampire. » (Chronique du blog vampirisme.com, février 2016)

« Les éditions Otrante ont pris l'habitude - le temps de publier quatre volumes - de dépoussiérer l'univers assez roupilleux du romantisme noir [...]. On ne voit guère comment faire l'impasse sur cette éclatante lumière noire de la littérature gothique [...]. » (Eric Dussert, L'Alamblog, 15 janvier 2016)

« Si l’intrigue est prévisible pour le lecteur d’aujourd’hui, le roman n’en demeure pas moins un tour de force : la psychologie complexe des personnages principaux, l’intensité de l’inquiétante étrangeté vampirique, les descriptions contrastées des campagnes toulousaines, la peinture des sentiments, tout dans ce texte sauvagement romantique conduit le lecteur à se demander pourquoi l’histoire littéraire l’a si superbement oublié. » (Vincent Tassy, Obsküre Mag, mai 2016).

Lire

§ Article d'Eric Dussert, L'Alamblog, janvier 2016
§ Chronique sur vampirisme.com, février 2016
§ Article de Vincent Tassy, Obsküre Mag, mai 2016.

Ecouter
§ Emission Paludes du 1 avril 2016

Lire
Poursuivre la lecture :
§ Billet Transylvanie légendaire. Le Pays par-delà la forêt
§ Billet Peste vampirique - Origines du mot, naissance du mythe
§ Billet Alinska. Première morte amoureuse
§ Billet De La Vampire. Illustrations

Haut de page

Colliers

Colliers de velours

Parcours d'un récit vampirisé. Anthologie.

Edition établie par Florian Balduc, préfaces de Marine Le Bail, Valery Rion et l'éditeur. Traductions de Seamus Wentzel.

1 volume in-8 (160x240) / 260 pp. (xxxiii, 223 pp., 4 ff.n.ch.) / septembre 2015 / isbn 978-2-9551544-3-4 / tirage à 300 exemplaires / 30 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Washington Irving, Pétrus Borel, Henri de Latouche, Joseph Méry, Paul Lacroix, Alexandre Dumas, Gaston Leroux, etc.

Dans le cadre de l’Exposition Visages de l’effroi notre ouvrage a fait l’objet d’une conférence le 18 décembre 2015 au Musée de la Vie Romantique. Tous nos remerciements aux nombreuses personnes présentes, à la Société des Amis d’Alexandre Dumas et bien évidemment au Musée.

L'intégralité des textes en un seul volume. Treize nouvelles, dont deux inédites.
La plus célèbre revenante ou morte amoureuse de l’époque romantique, quelques années avant celle de Gautier  le plus grand cas de plagiat littéraire du 19e siècle.

Un inédit majeur : la première traduction française de la nouvelle fantastique d’Horace Smith.

Femme désirée, créature fantasmée qui méduse d'un regard  née d'un songe puis rencontrée un soir au pied de l'échafaud. Chimère ou tentatrice qui mène au suicide, à la folie ou à la mort.

Comment une simple brochure religieuse du début du 17e siècle, devenue récit fantastique, réussit-elle, de réécriture en réécriture, à traverser le temps jusqu’à nous et à devenir le cas le plus célèbre de récit vampirisé ?

De 1613 à nos jours, sur les traces de L'Etudiant allemand de Washington Irving en passant par Alexandre Dumas, Pétrus Borel, Henri de Latouche, Joseph Méry, Gaston Leroux, Paul Lacroix et son manuscrit d'ébauche pour Dumas...
Du Paris du dix-septième siècle au Londres de Tyburn Tree, avant de revenir au Paris de la Révolution et, au détour d’une rue ou d’un échafaud d’y croiser Madame du Barry, Danton ou Charlotte Corday.

Préface et documents en annexe (La Légende dorée, Collin de Plancy, Les Commentaires d'Ovide, ...) un inédit majeur et l’histoire, qui se mêle et se confond avec celle de Charlotte Corday, du bien réel étudiant allemand de 1793.

« Un titre mystérieux, une irritante quatrième de couverture muette. Pourtant, aussitôt ouverte, cette anthologie des femmes « méduséennes » et vampiriques est aussi fascinante que palpitante. L’éditeur […] nous livre le résultat de sa quête minutieuse.[…] Si certaines œuvres sont connues, la plupart sont exhumées d’un injuste oubli. Ces trésors commencent en 1613, lorsqu’une « Damoiselle » splendide se change en fumée et puanteur dans le lit d’un gentilhomme. « Songe », « Dame noire », « revenant succube », on frissonne sous la plume d’inconnus […] mais aussi avec la griffe de plus célèbres.[…] L’art fantastique irrigue cette anthologie avec une troublante et obsessionnelle constance, entre deux grands tentateurs : Eros et Thanatos. » (Thierry Guinhut, Le Matricule des Anges, octobre 2015)

« Par delà le bien et le mal, tous ces récits échelonnés dans le temps […] nous interrogent sur la vérité du mythe de Méduse, sur la volonté de mort à l'œuvre dans le désir de connaissance. Séductrice plus que tentatrice, l'héroïne méduséenne sacralise et esthétise la mort [...]. » (Fabienne Leloup, Colliers de velours : une anthologie médusante, janvier 2016)

Lire
§ Article du Matricule des Anges, octobre 2015
§ Article de Fabienne Leloup, janvier 2016

Ecouter
§ Emission Paludes du 5 février 2016

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet Smith, Irving, Dumas, Borel, Leroux et quelques autres

Haut de page

Collection L'Année sans été

Fantasmagoriana

Fantasmagoriana

ou recueil d'histoires d'apparitions, de spectres, revenants, fantômes, etc.

1 volume in-8 (160x240) / 177 p., 4 ff.n.ch. / janvier 2015 / isbn 978-2-9551544-0-3 / tirage à 200 exemplaires / 24 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Johann Karl August Musäus, Johann Apel, Friedrich Schulze, Heinrich Clauren, Jean-Baptiste Benoît Eyriès, Mary Shelley.

Dans le cadre des célébrations de L’année sans été, l’ouvrage a fait l’objet d’une présentation lors de la réunion de janvier 2016 de la Société française des Etudes Byroniennes.

Première réédition complète de l’une des sources d’inspiration attestée pour Frankenstein.

Le 16 juin 1816, bloqués depuis trois jours par la tempête, les occupants de la villa Diodati lisent un recueil de contes fantastiques allemands : Fantasmagoriana. Byron lance alors à ses amis un défi anodin : chacun d’eux devra écrire une histoire de fantômes. La suite est connue, Polidori rédige Le Vampire et Mary Shelley enfante Frankenstein.

Mentionné dans la plupart des ouvrages critiques et cité par Mary Shelley dans ses préfaces de Frankenstein de 1818 et 1831, Fantasmagoriana présente huit nouvelles allemandes traduites par J.B.B. Eyriès, de L’Amour muet à La Chambre noire, en passant bien évidemment par Les Portraits de Famille et La Morte Fiancée.

« […] Se déploie en effet, au fil des huit nouvelles, toute la lyre de l’émoi fantastique préromantique : spectre d’un barbier qui ne retrouve la paix qu’après s’être fait raser par un inconnu, portrait d’un château hanté, scénographie macabre et crâne piqué à la pointe d’une épée, chambre noire et grise. Un fantastique tanguant entre malédiction familiale et malaise social, délires et moralisme, explication rationnelle et surgissement de l’au-delà. » (François Angelier, Le Monde, 13 mars 2015)

« Cet ouvrage mériterait quelque succès, et il aurait fait fortune si on lui eût donné un titre mieux choisi. »
(Collin de Plancy)

Lire
§ Critique dans Le Monde du 13 mars 2015

Ecouter
§ Emission de France Culture Grande traversée - Frankenstein : genèse d'un monstre du 8 août 2016

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet De Diodati au Vampire et Frankenstein
§ Billet L'Année sans été

Haut de page

Byron

Byron 1816

1 volume in-8 (160x240) / 212 pages, 4 ff.n.ch. / septembre 2016 / isbn 978-2-9551544-7-2 / tirage à 150 exemplaires / 30 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Pour le monde et pour Byron, 1816 est une année d’exception. Exception politique, de réaction impitoyable après Waterloo ; exception climatique, avec les effets désastreux de l’éruption du lointain volcan Tambora ; exception biographique dans la vie du poète avec la séparation de sa femme, son départ en exil volontaire, la publication de ses derniers poèmes « orientaux » et l’écriture de poèmes d’un genre nouveau, fruits de tous les troubles combinés de cette année cruciale. Dans une langue rythmée et colorée qui, infiniment mieux que la prose, conserve aux poèmes de Byron leur saveur poétique, Danièle Sarrat donne ici une traduction précise et vivante d’une large sélection des œuvres publiées ou écrites en 1816 par le grand poète romantique anglais.
(Extrait de la préface)

Edition bilingue, traductions nouvelles de Danièle Sarrat, agrégée d'anglais, traductrice et vice-présidente de la Société française des études byroniennes. Préface d'Olivier Feignier. Divers extraits de correspondances en annexe.

The Siege of Corinth, Parisina, Childe Harold III (extract), The Prisoner of Chillon, Darkness, The Dream, Stanzas to Augusta, Epistle to Augusta, A Fragment.
Le Siège de Corinthe, Parisina, Childe Harold III (extrait), Le Prisonnier de Chillon, Ténèbres, Le Rêve, Stances à Augusta, Epître à Augusta, Un Fragment.

Tirage à 150 exemplaires numérotés.

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet L'Année sans été

Haut de page

Hors Collection

Mains

Mains enchantées, et autres mains du diable

1 volume in-8 (160x240) / xii, 198 pp., 8 ff.n.ch. / mai 2015 / isbn 978-2-9551544-2-7 / tirage à 200 exemplaires / 24 €

En stock    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Wilhelm Hauff, Gérard de Nerval, Alphonse Karr, Adrien Robert, Guy de Maupassant, Henri Lavedan, Charles Buet, Paul Verlaine, Marcel Schwob, Arthur Conan Doyle, Théophile Gautier, Jules Clarétie, Punch.

Première anthologie de la fantasmagorie de la main dans la littérature du 19e siècle, qui marque les débuts de Maupassant et l'arrivée de Nerval dans ce genre.

De mains enchantées en mains d’écorchés et autres mains brunes ou de gloire, la littérature de ce siècle invente, quelques décennies avant Maurice Renard et ses Mains d’Orlac, une main non plus inerte mais porteuse de vie et mue par une volonté propre.

D’histoires de vengeances en héros quasi faustiens qui, plutôt que leur âme, vendent leur main au diable. Du modèle nervalien à la volonté post mortem chez Maupassant. De l’Allemagne de 1825 à l’Angleterre de 1899, cette anthologie offre un tour d’horizon de la fantasmagorie de la main par le biais de seize textes, certains connus, d’autres jamais réédités : du prix à payer avec l’Histoire de la main coupée de Hauff à l’absence de repos de La Main brune de Conan Doyle en passant par Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Alphonse Karr, Jules Claretie, Charles Buet, Adrien Robert, Guy de Maupassant, Punch, Henri Lavedan, Paul Verlaine, et Marcel Schwob.

« Voici que la Librairie d'Otrante, en l’extrayant de ces ensembles hétérogènes et peu signifiants, intègre « La Main de gloire » à une anthologie thématique, Mains enchantées, et autres mains du diable, qui réunit seize nouvelles allemandes, anglaises et françaises du XIXe siècle consacrées à ce motif singulier. Du texte de Wilhelm Hauff (1825), cité par Freud dans L’inquiétante étrangeté, à ceux de Conan Doyle et Verlaine (1899), en passant par Nerval, Gautier, Maupassant et d’autres, la « fantasmagorie de la main », cette main « qui échappe » et porte le maléfice, se décline selon diverses modalités de l’épouvante, parfois teintée d’humour. » (Société Marcel Schwob, juin 2015)

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet Mains enchantées

Haut de page

Zofloya

Charlotte Dacre

Zofloya, ou le Maure

1 volume in-8 (160x240) / xii, 225 p., 4 ff.n.ch. / mars 2015 / isbn 978-2-9551544-1-0 / tirage à 150 exemplaires / 24 €

Réimpression en cours    

Règlement par chèque :
Bon de commande (pdf)
Nous contacter
Acheter en ligne :

Première réédition depuis celle de 1812 du chef-d’œuvre de Charlotte Dacre, surnomée « Rosa Matilda ».

Considéré comme directement issu du Moine, Zofloya inspire Shelley, connaît quelques imitations et est qualifié par Swinburne d'ouvrage proche des productions de Sade. A l’opposé des stéréotypes littéraires de l’époque, le roman offre au lecteur tous les ingrédients du genre gothique, ainsi que, et c’est en cela que Dacre innove, une héroïne digne des pires personnages masculins du temps, qui s’adonne avec passion et délectation à la haine, au vice, à la manipulation et au meurtre.

De Venise au sublime des paysages alpins, de visions nocturnes en repères de brigands, Dacre excelle en perversion et en transgression, bouleverse les codes et révolutionne la littérature de ce début de siècle avec un roman gothique dont l’héroïne n’obéit, de la première à la dernière page, qu’à ses pulsions et désirs sexuels et se révèle prête à toutes les exactions pour arriver à ses fins.

Maurice Lévy cite l’ouvrage à plusieurs reprises et le résume dans son ouvrage Le Roman gothique anglais, Max Milner y consacre un sous-chapitre entier dans Le Diable dans la littérature française et la quasi totalité des ouvrages anglo-saxons traitant du gothique le mentionnent et l’analysent aux côtés du Moine de Lewis, de L’Italien de Radcliffe ou de Melmoth de Maturin.

« [...] Autour du thème du pacte faustien, Charlotte Dacre, qui usait du pseudonyme de Rosa Matilda, fit des étincelles en manifestant pour la chair des appétits marqués dans son roman librement dérivé du Moine de Lewis. Elle retint d'ailleurs l'attention pour son allant et son jusqu'auboutisme. On a beau être anglaise, on n'en est pas moins femme. Ou plutôt, ça n'est pas parce qu'elle fut femme que Charlotte Dacre usa d'une héroïne niaise qui aurait par principe respecté les codes et usages incombant aux personnes du beau sexe. Zofloya est en la matière une notable exception du roman de ce temps, et c'est Maurice Lévy qui le dit. » (Eric Dussert, L'Alamblog, 20 mai 2015)

Lire
§ Article du Matricule des Anges, juin 2015

Ecouter
§ Emission Paludes du 27 novembre 2015

Lire

Poursuivre la lecture :
§ Billet Le Moine au féminin

Haut de page

Cartes

Fantaisies Hoffmaniennes Chauve souris Lanterne magique Memento Mori Le Moine

Cartes vendues à l'unité, par 5, 10, ou 20, frais de port inclus.*
Merci de nous indiquer lors de la validation de la commande les cartes souhaitées.
* prix unitaire : par 1 = 2 euros ; par 5 = 1,40 euros ; par 10 = 1,20 euros ; par 20 = 1 euro

Cartes postales
EXPEDITION ET EMBALLAGE

Les ouvrages sont expédiés dès réception du règlement et nous accordons le plus grand soin à l'emballage afin que vos livres vous parviennent dans les meilleures conditions (emballages 'livre' cartonnés).

Otrante
Haut de page

Inscription à la Newsletter des Editions :